Dernière édition du festival : 2017

Sur cette page, replongez dans la programmation de la 14e édition du Festival Longueur d’ondes !

Grille des programmes

Grille_2017


Des entretiens au long cours

  • François Morel
    une rencontre SACD « Humour en ondes »
    Vendredi 3 février – Petit Théâtre du Quartz
    20h30

Pour réserver des places pour les représentations du spectacle de François Morel, Hyacinthe et Rose, les 31 janvier, 1er et 2 février au grand théâtre du Quartz, rendez-vous sur le site du Quartz. Précision : nous ne vendons pas de places pour ce spectacle.

C’est sur les planches que François Morel débute sa carrière, avec la troupe de théâtre de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff. Début de la décennie 90, il se tourne vers la télévision et le cinéma avant de se lancer dans une autre de ses passions : la chanson. En 2006, il se produit sur scène avec son spectacle Collection particulière, en 2010 avec un second spectacle intitulé Le soir, des lions… Un an auparavant, en septembre 2009, François Morel débute sur les ondes de France Inter. Depuis, chaque vendredi matin dans le 7-9 de Patrick Cohen, le comédien livre un billet humoristique. En parallèle de cette chronique, François Morel continue continue le théâtre, notamment dans Le Bourgeois Gentilhomme de Molière. En 2013, changement de registre et retour à la mise en scène comique, puisqu’il écrit et se produit au Théâtre de la Pépinière avec sa pièce La Fin du monde est pour dimanche, mis en scène par Benjamin Guillard. Du 31 janvier au 2 février 2017, François Morel se produira au Quartz, scène nationale de Brest, avec sa pièce Hyacinthe et Rose. Accompagné au piano par Antoine Sahler et entouré des photographies d’Édouard Laug, François Morel livrera un voyage drôle et émouvant.

  • Eva Bester
    en duo avec Jean Lebrun
    Samedi 4 février – Méridienne du Quartz
    16h30

Après un début de carrière sur les ondes de France Culture, Eva Bester anime désormais sur France Inter l’émission Remède à la mélancolie. Tous les dimanches à 10 h, depuis 2013, elle interroge des personnalités venues d’univers très différents sur ce qui en musique, littérature ou au cinéma, rend leur existence plus supportable. L’art comme consolation éphémère, tel est le crédo de l’ancienne journaliste du magazine littéraire Transfuge qui, déjà en 2013, convoquait des auteurs-génies décédés dans sa chronique « Littérature oubliée » et dénichait des gourmandises anti-spleen, insolites ou simplement divertissantes dans l’émission Encore Heureux.

  • Philippe Meyer
    en tandem avec Aude Dassonville
    Samedi 4 février – Méridienne du Quartz
    14h00

En 1982, Philippe Meyer entre à Radio France, tout en continuant ses collaborations avec la revue Esprit et le journal L’Express. Durant sept ans, sur les ondes de France Inter, il anime l’émission Télescopages, avant de rejoindre France Culture sur laquelle il s’exprime successivement dans Allegro serioso et Libre examen. En parallèle, il réalise également sur France Inter des chroniques, « Nous vivons une époque moderne » et « Le progrès fait rage ». En 1998, sur France Culture, Philippe Meyer prend les rênes de la mythique émission L’Esprit public, tribune d’expression précieuse sur des sujets actuels et politiques. De 2002 à 2016, il anime sur France Inter La prochaine fois, je vous le chanterai, une émission consacrée à la musique française. Philippe Meyer a également travaillé à la télévision, notamment pour les chaînes Arte et M6, et a joué dans des films et des téléfilms. Sociologue, il a enseigné durant de nombreuses années à Sciences Po Paris. Il est également l’auteur de nombreux ouvrages.

  • Paula Jacques
    Vendredi 3 février – Méridienne du Quartz
    15h30

Confessant avoir débuté à la radio « un peu par hasard », Paula Jacques fait partie de ces voix qui, des années durant, ont accompagné les auditeurs de France Inter. De 1999 à 2016, sur cette même antenne, elle a animé Cosmopolitaine, une émission dans laquelle elle renouvela sans cesse sa curiosité envers le monde des arts. Paula Jacques est également l’auteure de romans, des ouvrages particulièrement influencés par son histoire personnelle marquée du sceau de son exil du Caire vers la France, après un passage par Israël.

  • Noëlle Bréham
    Dimanche 5 février – Méridienne du Quartz
    14h00

C’est en 1983 que Noëlle Bréham entre à France Inter, une station à laquelle elle est restée fidèle jusqu’à aujourd’hui encore, puisqu’elle y anime l’émission Les P’tits bateaux depuis 1997. Le principe de cette émission qui accompagne nos dimanches soir depuis presque 20 ans ? Des questions – sur des sujets très différents – posées par des enfants, enregistrées sur le répondeur de l’émission, et auxquelles répondent des experts. Souvent joviale, toujours à l’écoute, Noëlle Bréham agit en chef d’orchestre de cette émission unique dans le panorama radiophonique actuel. Depuis la rentrée 2016, la journaliste anime également État d’esprit, le dimanche soir, une émission qui laisse la parole à des artistes, écrivains, intellectuels pour qu’ils nous parlent de thèmes tels que le deuil, la religion, l’amour…et comment les appréhender. Noëlle Bréham a également travaillé en télévision, notamment dans l’émission Silence, ça pousse ! sur France 5, pendant plus de dix ans.

  • Marguerite Gateau
    Vendredi 3 février – Méridienne du Quartz
    10h30

Productrice à France Culture, notamment pour les Nuits Magnétiques, puis réalisatrice, essentiellement de fictions, à Radio France et en Allemagne jusqu’en 2015, Marguerite Gateau reviendra sur son parcours professionnel en France comme à l’étranger en tant que réalisatrice de fictions radiophoniques.


La radio sur scène !

  • Plus près de toi, la matinale de Radio Nova animée par Édouard Baer et son équipe
    Vendredi 3 février – Café des artistes du Quartz
    7h à 9h

Édouard Baer réveille les auditeurs en direct dès 7h et prend un café avec eux. Un œil ouvert, puis l’autre, il parcourt la presse, regarde les écrans, et passe des coups de fil partout en France. Il brosse le portrait d’un pays aux aurores. Des invités multiples, connus ou non, passent une tête (et le reste) dans le café-studio installé au cœur de Radio Nova. On se parle sur le fil, et tout arrive avant que chaque jour commence. Ensemble et Plus près de toi . Une matinale en direct et en public à Brest !

  • « C’est Nova », présenté par Richard Gaitet
    Vendredi 3 février – Petit Théâtre du Quartz
    22h30

Un rendez-vous collectif, festif et musical animé par Richard Gaitet !

  • La fiction de France Culture
    Samedi 4 février – Petit Théâtre du Quartz
    20h30

Venez assister à l’enregistrement en public de la fiction radiophonique de France Culture, réalisée par Christophe Hocké, adaptée du texte de l’auteur Fabrice Melquiot, Guitou.

  • Le Mike et l’enclume – ARTE Radio
    Samedi 4 février – Puits de lumière du Quartz (plateau radio)
    16h45

Depuis deux ans et une vingtaine de numéros, le premier rendez-vous culturel d’ARTE Radio fait le point chaque mois sur l’actualité du rap et du groove. Une émission enregistrée en public dans les conditions du direct, animée par Jérôme Larçin et réalisée par Samuel Hirsch, avec Lama, La Go, Mike et Moe de Diakité.

  • RADIO LIVE
    Samedi 4 février – Petit Théâtre du Quartz
    22h30

RADIO LIVE sur scène et en public : c’est comme une émission de radio en trois dimensions, avec de la musique, des archives, des échanges vivants. Ce n’est pas un spectacle, ce n’est pas une conférence. C’est plus qu’une rencontre. C’est un moment du futur, une écriture de demain, au présent. Chacun a sa narration et sa langue, chacun a sa façon de bouger, sa gestuelle. Aurélie Charon et Caroline Gillet sont les chefs d’orchestre de la soirée, Gala Vanson dessine en direct, envoie les vidéos, travaille l’image sur grand écran, tandis que la chanteuse canadienne Kyrie Kristmanson les accompagne en musique. Un avant-goût de RADIO LIVE, dans cette vidéo !

  • Petites histoires sur scène
    Vendredi 3 février – Mac Orlan
    14h30

Si on regardait et écoutait le réel à hauteur d’enfants ?

Ces dernières années, la radio sort des studios pour se mettre en scène, mêler spectacle vivant et démarche documentaire, dans la veine du spectacle américain The Moth inventée par George Dawes Green à New York et qui a donné le célèbre programme The Moth Radio Hour. Dans cet esprit, l’émission quotidienne Les Pieds sur terre produite par Sonia Kronlund sur France Culture, a créé Les Pieds sur scène, une forme live où des anonymes viennent raconter en public une histoire qui leur est arrivée : un souvenir, un moment fort de leur vie. C’est une manière vivante et originale d’aborder les questionnements qui traversent la société et les vies individuelles, engagements, cas de consciences, grandes joies, deuils ou colères.

Delphine Saltel, documentariste à France Culture et ARTE Radio, participe à cette expérience radiophonique. Longueur d’ondes lui a proposé cette année d’accompagner, dans le cadre d’une résidence d’artiste en milieu scolaire, les élèves de l’école primaire et maternelle Saint Jean-Baptiste du quartier de Pontanézen.

Sur scène, ils viendront raconter des histoires vraies, livrer une expérience intime mais qui parle à tout le monde, rire des choses graves et prendre au sérieux les détails. Leurs récits seront ponctués des sons de la ville, comme des échos de leur paysage familier. Ces Petites histoires sur scène sont donc le fruit de ce travail mené sur un trimestre. Entre spectacle et émission de radio, une tentative première qui fera des petits, nous l’espérons…


L’investigation

Dans cette discussion autour de l’investigation, les journalistes Gérard Davet, Fabrice Lhomme et Jacques Monin se partageront le micro.

Dimanche 5 février – Méridienne du Quartz
11h00
une rencontre animée par Emmanuel Laurentin

  • Gérard Davet
    En 2002, à peine arrivé au journal Le Monde, Gérard Davet imprime déjà sa marque de fabrique : l’investigation. Au fil des années, avec l’aide de son collègue Fabrice Lhomme, il fait éclater de nombreuses affaires retentissantes telles que le scandale Clearstream, l’affaire Bettencourt ou bien encore le dossier Karachi. Gérard Davet est également professeur associé de journalisme d’enquête au Centre de formation des journalistes (CFJ) et à l’Institut pratique de journalisme (IPJ) de Paris Dauphine. Son dernier ouvrage – écrit avec Fabrice Lhomme – paru aux éditions Stock, Un président ne devrait pas dire ça…, retrace cinq années de confidences du Président de la République François Hollande.
  • Fabrice Lhomme
    Après avoir débuté sa carrière en presse écrite au Parisien, Fabrice Lhomme travaille successivement pour France-Soir et L’Express, avant de rejoindre la rédaction du Monde en 2000. Six ans plus tard, devenu rédacteur en chef adjoint de L’Équipe Magazine, il révèle au grand public les transferts suspects du PSG. En 2008, Fabrice Lhomme participe au lancement de Mediapart, un site d’information qu’il quittera néanmoins trois ans plus tard pour retrouver son confrère Gérard Davet, au Monde. Le journaliste partage son expertise aux étudiants du Centre de formation des journalistes (CFJ) et à ceux de l’Institut pratique de journalisme (IPJ) de Paris Dauphine. Fabrice Lhomme est également l’auteur de quatre ouvrages, dont Sarko m’a tuer (Stock, 2011) co-écrit avec Gérard Davet.
  • Jacques Monin
    Jacques Monin est le directeur des enquêtes et de l’investigation à France Inter depuis la rentrée 2016. Il produit et anime l’émission Secrets d’info, toujours sur France Inter, après avoir débuté sur les ondes de France Bleu Isère, France Bleu Belfort et France Bleu Hérault, dont il fut rédacteur en chef de 2000 à 2006. De 2006 à 2010, Jacques Monin a notamment été l’envoyé spécial pour Radio France à Londres. Côté presse écrite, il fut le correspondant du journal Le Monde dans l’Hérault de 1989 à 2000.

Les filiations radiophoniques

En radio comme ailleurs, les premières fois sont toujours intimidantes. Première chronique, première émission, premier direct, premier entretien avec un invité…comment trouver sa voix ? Au détour de rencontres, d’audace et de confiance réciproque, des femmes et des hommes de radio transmettent – parfois sans le savoir ! – de riches enseignements qui participent à l’évolution d’une carrière.

Pour la quatorzième édition de Longueur d’ondes, plusieurs personnalités de radio ont accepté de revenir sur cette filiation radiophonique souvent nourrie d’amitié et de reconnaissance mutuelle.

    • Jean Lebrun & Emmanuel Laurentin
      Dimanche 5 février – Vauban
      15h45
  • Jean Lebrun
    Du lundi au vendredi, Jean Lebrun régale les auditeurs avec La Marche de l’histoire, une émission vite devenue un incontournable de l’antenne de France Inter. Auparavant sur France Culture, il produisait et animait les émissions Culture Matin, Pot-au-feu et Travaux publics. Jean Lebrun, agrégé d’Histoire et ancien journaliste, est l’auteur de plusieurs livres d’entretiens avec des historiens aux éditions Textuel ainsi que d’essais sur le journalisme.
  • Emmanuel Laurentin
    Goût du récit, précision de l’analyse, passion de l’enquête, tels sont les ingrédients qui font le succès et la qualité de La Fabrique de l’Histoire, l’émission animée par Emmanuel Laurentin du lundi au vendredi à 9 h 05 sur France Culture, depuis 1999. De 1996 à 1999, avant de prendre la tête de cette émission, l’historien animait L’Histoire en direct, toujours sur France Culture.
    • Kathleen Evin & Aurélie Charon
      animé par Mehdi et Badrou
      Dimanche 5 février – Méridienne du Quartz
      15h30
  • Kathleen Evin
    Ancienne journaliste politique, Kathleen Evin attrape le virus de la radio en 1988, au fil de piges réalisées pour Pierre Bouteiller. Désormais diffusée de façon hebdomadaire, après avoir longtemps accompagné les auditeurs de France Inter quatre jours par semaine, L’humeur vagabonde de Kathleen Evin fait figure d’émission rare à la radio. Par son rythme, par le choix des invités et des archives convoquées, Kathleen Evin interroge notre sensibilité et éveille notre curiosité.
  • Aurélie Charon
    A l’instar de Caroline Gillet ou de Baptiste Etchegaray, Aurélie Charon a fait ses premières armes à la radio sur France Inter dans Esprit critique, l’émission animée par Vincent Josse. De jeune talent prometteur, Aurélie Charon a rapidement acquis le statut de figure incontournable dans le paysage radiophonique actuel. Elle a notamment effectué des chroniques dans L’humeur vagabonde de Kathleen Evin, tout en entamant une belle collaboration radiophonique avec sa comparse Caroline Gillet. Avec cette dernière, elle a notamment réalisé des séries documentaires pour France Culture et France Inter. Ensemble, elles ont monté Radio Live, un projet au confluent du spectacle, de la conférence et des rencontres. Leur pari ? Réunir sur scène et en public celles et ceux qu’elles ont interviewés en France et aux quatre coins du monde au fil d’émissions, comme Une série française. Cette émission de radio scénique se produit actuellement dans plusieurs villes de France, à Paris comme à Marseille. On retrouve Aurélie Charon dans Une vie d’artiste, chaque lundi soir sur les ondes de France Culture.

Didier Varrod, durant la séance qui lui est consacrée (voir ci-dessous, catégorie Musique et son), reviendra sur les liens qu’il noua avec Jean-Louis Foulquier, disparu en 2013, et avec qui il collabora longtemps à France Inter.


Musique et son

Musique et radio ont une intime relation, elles sont liées par ce signal commun qu’est le son. Une radio sans musique est quasiment inconcevable, la musique ponctue et rythme la journée d’une chaîne de radio, de manière cohérente ou parfois impromptue. En 2017, Longueur d’ondes accueillera de nouveau ces férus de musique qui dans leur émission nous font découvrir cette passion qui les anime à travers des morceaux, des sons, des souvenirs…

  • Didier Varrod
    Samedi 4 février – Méridienne du Quartz
    18h00

Aux commandes de Foule sentimentale, chaque vendredi soir sur France Inter, Didier Varrod poursuit sa quête de donner à la musique une tribune de choix sur les ondes. Rien d’étonnant pour celui qui fut longtemps le compagnon de route de Jean-Louis Foulquier dans des émissions telles que Pollen ou Les copains d’abord. Journaliste et producteur d’émissions à la télévision, Didier Varrod a également eu en charge, de 2012 à 2016, la direction de la musique sur France Inter.

  • Djubaka
    Samedi 4 février – Puits de lumière du Quartz
    12h00

Programmateur musical sur les ondes de France Inter, dans des émissions telles que L’humeur vagabonde ou Remède à la mélancolie, Djubaka endosse aussi régulièrement le pseudonyme de Mr Djub. Lorsqu’il emprunte ce surnom, avec sa complice Rosita Warlock, il devient tour à tour musicien, journaliste, metteur en scène ou commissaire d’exposition. Leur dernière exposition en date, Tatoueurs, Tatoués, a d’ailleurs débuté en septembre 2016 une tournée internationale, après avoir connu un succès publique et critique à Paris au musée du Quai Branly. Côté musique, avec la troupe du 78 RPM Selector, Mr Djub ravit régulièrement son public d’un spectacle musical à base de mixage de gramophone des années 1910…

  • Clément Lebrun
    Samedi 4 février – Puits de lumière du Quartz
    15h45

Chaque mardi, de 23h à minuit, Clément Lebrun propose dans Le Cri du patchwork une « zoologie sonore thématique du monde contemporain ». Décliné en quatre émissions, un même thème est exploré à travers des extraits sonores, des sons, des bruits, l’intervention d’un invité…En somme, un savoureux méli-mélo musical qui donne la part belle à la musique contemporaine pour le plus grand plaisir de ses « chers écoutants », comme Clément Lebrun a plaisir à apostropher ses auditeurs.

  • Les archives musicales : un workshop proposé par l’INA
    Dimanche 5 février – Puits de lumière du Quartz
    14h00

Partenaire du festival, l’Institut National de l’Audiovisuel proposera cette année un workshop autour de la fabrication d’une émission de musique à base d’archives (recherche, sélection et restauration), en prenant l’exemple de l’émission Légendes du jazz de Jérôme Badini, sur France Musique le samedi de 18 h à 19 h. Un workshop orchestré par Christelle Rousseau et Ani Lauzzana, documentaliste du fonds jazz de l’INA.


Une programmation jeunesse

  • L’atelier du Couac – IOMAI
    Samedi et dimanche – L’atelier du Quartz
    14h00 – 17h00
    à partir de 8 ans
    Inscription obligatoire par mail (festival@longueur-ondes.fr) ou téléphone (02 98 49 00 15)

Atelier itinérant créé en 2012 pour les Nuits sonores de Lyon, l’atelier du Couac est le fruit du travail de IOMAI, un musicien également graphiste et dessinateur. Le principe de cet atelier ? Prouver qu’on peut faire de la radio grâce à un ordinateur et à 2 ou 3 bricoles, y compris, et surtout, quand on est enfant ! Pour écouter des productions de l’atelier du Couac, c’est par ici !

  • Atelier bruitage – Bertrand Amiel
    Samedi et dimanche – L’atelier du Quartz
    Samedi 17h00 – 18h00
    Dimanche 11h00 – 12h00
    à partir de 5 ans
    Inscription obligatoire par mail (festival@longueur-ondes.fr) ou téléphone (02 98 49 00 15)

Passionné par les sons, Bertrand Amiel travaille pour la radio, la télévision, le théâtre, le cinéma et l’opéra. De ses mains naissent des créations pour France Culture, le Théâtre de la Colline, Les Guignols de l’Info ou encore le film Marie-Antoinette de Sofia Coppola.


Expériences sonores

  • BEATMAP BREST – IOMAI
    Jeudi 2 février – Les Abords (UBO / Faculté Victor-Segalen)
    Performance à 18h30

Du 18 janvier au 17 février, aux Abords (Faculté Victor-Segalen), IOMAI propose de revisiter la ville de Brest en faisant passer ses architectures emblématiques à la moulinette du système BEATMAP. L’occasion pour les spectateurs/auditeurs de faire un pas de côté en jetant sur leur ville un nouveau regard, sonore et contemporain.

  • El Gat – une installation audiovisuelle de Chloé Despax
    Du vendredi 3 au dimanche 5 février – Le Quartz
    En continu

El Gat, c’est une installation audiovisuelle, polymorphe et ludique, fruit d’une résidence dans le mythique quartier du Raval à Barcelone, sur El Gat, sculpture monumentale en bronze de Botero. L’hörspiel qui en résulte est composé d’éléments sonores hétérogènes, collectés au travers d’une variété de dispositifs techniques et participatifs dans l’espace public. Soundscapes, poésies, matières sonores abstraites, multiplicité de voix et de langues s’y entremêlent pour donner corps et vie au félin gigantesque. La photographe Aylen Torres a accompagné cette écoute subjective de photographies stéréoscopiques vues au travers de View-Masters, des images et des sons qui tentent de révéler et définir le sens du verbe familier « ravalear », au travers des yeux et oreilles d’El Gat.

  • Projet Bretez – Entendre l’Histoire est possible !
    Vendredi 3 février – Puits de lumière du Quartz
    15h45

Comment entendre le passé ? Comment le faire entendre ? C’est le challenge que tente de relever l’archéologie du paysage sonore. La plongée nécessaire et obligatoire dans les archives offre tous les indices pour mener à bien cette enquête. Car la restitution d’ambiance sonore historique, cette investigation dans le passé, est un acte scientifique à part entière. Bretez est le projet exploratoire qui sert de creuset pour poser les fondamentaux de cette toute jeune science. C’est un projet transversal et transdisciplinaire qui prend le sensible comme vecteur complémentaire à la recontextualisation. Mylène Pardoen, chercheur CNRS à l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon viendra nous parler de ce projet passionnant.

  • Archipel – Guillaume Campion et Guillaume Côté
    Jeudi 2 février – Salle du CLOUS
    20h30

Archipel une pièce acousmatique de 29 minutes s’appuyant sur une approche documentaire. Portée par un désir à la fois de poésie et de vérité, la démarche des compositeurs Guillaume Campion et Guillaume Côté s’inspire ouvertement de l’œuvre de cinéastes documentaires et de créateurs radiophoniques tels que Pierre Perrault, Chris Marker, Yann Paranthoën ou Christophe Deleu, dont l’influence s’avère peu représentée dans la création électroacoustique contemporaine. C’est à travers cette approche novatrice que le duo aborde la question de l’accès à l’eau et au fleuve Saint-Laurent dans l’archipel montréalais, un enjeu d’une grande portée historique et identitaire, ramené à l’avant plan dans l’actualité à l’aube du 375e anniversaire de la Ville de Montréal.

  • Évasion – Benoît Bories et Nico Froment
    Jeudi 2 février – Salle du CLOUS
    20h30

Évasion associe une création électroacoustique et un live vidéo sur le thème de l’évasion. Nous avons tous besoin de nous évader, même brièvement, de notre quotidien. Ces moments d’évasion se glissent dans nos vies, suscités par l’ambiance d’un lieu, d’une ville, d’une rue… Nos sens sont sollicités dans nos évasions : un son, une image peuvent aussi bien nous faire rentrer dans une déambulation onirique que nous en faire sortir.

  • Ne vois-tu rien venir ? – Mégabel
    Samedi 4 février – L’atelier du Quartz
    11h15

Ne vois-tu rien venir ? est une performance parce qu’elle s’inscrit à la croisée du théâtre, de la pièce radiophonique et de l’improvisation. L’enregistrement de la lettre est diffusé pendant la représentation. Sur le plateau, une actrice ou une danseuse, chaque fois différente, découvre le texte et ses enjeux en même temps que les spectateurs. Elle est Anne, la sœur à qui s’adresse la lettre.

  • Mobiles Illégitimes – Étrange Miroir
    Du vendredi 3 au dimanche 5 février – Le Quartz
    En continu

Kaléidoscope sonore, cette proposition documentaire invite le public à explorer la mobilité vécue par les femmes. À travers le regard des intéressées et de spécialistes, le sujet est traité dans toute sa complexité et toute sa diversité avec l’objectif de mettre en avant des axes peu médiatisés. Ce dispositif interactif invite les visiteurs à aller chercher, fouiller, explorer et se créer leur propre expérience d’écoute. Mobiles Illégitimes est le fruit d’un travail collaboratif impliquant une vingtaine de personnes aux compétences diverses : recherche, documentaire sonore, création musicale, scénographie, code créatif et interactivité, design sonore, menuiserie, ferronnerie, graphisme…

  • Antennæ – Collectif Tao Ceti
    Du vendredi 3 au dimanche 5 février – Le Quartz
    En continu

Antennæ met en évidence la présence des ondes hertziennes ambiantes dans notre environnement en illustrant leur réception par notre corps. Il s’agit de rendre tangible notre lien aux ondes, en appréhendant physiquement le phénomène. L’auditeur se déplace le long d’une bande FM matérialisée dans une zone de 4 mètres de longueur et capte les stations radio en fonction de sa position dans l’espace. Il pourra ainsi intervenir sur le contenu sonore diffusé par un poste de radio en modifiant la posture de son corps.

Les autres expériences sonores

  • Qui vive ? , une fiction radiophonique écrite et réalisée par Jean-Manuel Warnet
    Samedi 4 février – Médiathèque des Capucins
    15h00

Théâtre radiophonique, spectacle musical et création sonore, Qui vive ? est le souvenir d’une nuit brestoise rêvée entre dérive et indistinction. Sur scène, deux musiciens (harpe électrique, accordéon) et des techniciens son interpréteront cette fiction dans la lumière, accompagnés de comédiens laissés dans l’ombre d’où jaillira leur voix. Un moment nocturne et sonore donc en pleine journée, un moment pour prêter l’oreille et se laisser porter. De la radio… dans un fauteuil et en direct !

  • États de mer téléphonés , installation dessins, bandes-son et vidéo, par Marie-Michèle Lucas
    Jeudi 2 février – Musée des Beaux-Arts
    Rencontre : 17h30
    Vernissage : 18h30
    Exposition du 2 février au 30 avril

L’exposition États de mer téléphonés est constituée de 16 dessins réalisés à Ouessant et de capsules sonores disponibles sur casque. Il s’agit d’entretiens téléphoniques sur l’état de la mer au quotidien. Une vidéo accompagne l’ensemble, elle restitue les différentes conversations téléphoniques, les dessins et des vues de la mer à Ouessant en hiver.


L’autre radio

Donner la parole, le temps d’une rencontre d’une heure environ, à des passionnés qui bâtissent leur propre radio, qui créent des formats radiophoniques hors des sentiers battus, avec parfois peu de moyens mais toujours beaucoup de passion.

  • BoxSons
    Vendredi 3 février – Méridienne du Quartz
    17h30

BoxSons est un nouveau média sonore indépendant, un pure player décliné en site et application. Une radio de podcasts que vous pouvez écouter partout : chez vous, dans la rue, les transports en commun, le train, l’avion, la voiture, sur votre tracteur, sous la douche, dans votre salle de gym, votre cuisine, au supermarché, dans votre lit. BoxSons prend son temps pour produire ses reportages, vous choisissez votre temps pour les écouter. BoxSons vient à vous, partout où vous êtes. BoxSons est à hauteur humaine. BoxSons est un collectif de journalistes, réalisateurs, photographes, techniciens, bruiteurs, comédiens.

A l’origine de BoxSons, deux journalistes : Pascale Clark qui a quitté France Inter pour créer ce nouveau média indépendant et différent, et Candice Marchal qui a choisi de délaisser l’image pour le son. Elles seront toutes deux présentes au festival pour raconter la création de BoxSons.

  • Radio Scarpe Sensée
    Samedi 4 février – Puits de lumière du Quartz
    10h30

Radio Scarpe Sensée est un outil de création. Depuis sa naissance, en 1981, elle a principalement investi dans les techniques de production (passant des ciseaux à la souris) permettant d’expérimenter des esthétiques sonores et des écritures radiophoniques innovantes. Ses émissions ne répondent pas obligatoirement aux formats conventionnels, elles prennent le temps nécessaire pour que l’idée se traduise en parole et que l’ambiance se mue en image sonore. Hervé Dujardin et Jérôme Bailly, journalistes à Radio Scarpe Sensée viendront parler de leurs actions.

  • France Bleu
    Vendredi 3 février – Puits de lumière du Quartz
    14h00

Valérie Le Nigen est journaliste à Radio France depuis trente ans, à Rennes, Laval, Belfort, Montpellier, Lille… Elle a été rédactrice en chef à Amiens et Quimper. Depuis dix ans, elle a posé son sac de reporter à Brest tout en continuant à donner des coups de main ponctuel en rédaction en chef à France Inter ou France Info. Elle intervient aussi comme formatrice à l’École supérieure de journalisme de Lille depuis vingt-cinq ans pour transmettre sa passion du journalisme et de la radio.

  • Radio Saint Ferréol
    Samedi 4 février – Puits de lumière du Quartz
    13h15

Radio Saint Ferréol, c’est un ancrage local, une voix pour tous et de la musique éclectique et choisie. Basée dans la Drôme, Radio Saint Ferréol est une radio qui vit grâce à l’énergie de bénévoles amateurs, à mille lieues des voix uniformisées aux vocabulaires formatés qui inondent nos médias.

  • Paroles d’écoles
    Vendredi 3 février – Faculté Victor-Segalen
    17h00

La radio, un outil pédagogique à part entière ? Comment accéder au pouvoir de la parole pour des élèves parfois démotivés voire en rupture avec l’école ? Le projet “Paroles d’école” tente de répondre à cette question par l’étude des principaux genres de textes publics et leur mise en voix. Il vise la maîtrise des compétences langagières orales et écrites, et permet la valorisation des progrès accomplis dans un cadre qui dépasse celui de l’évaluation scolaire habituelle. Tout au long de l’année, les élèves préparent avec leurs enseignants des rubriques très variées et enregistrent leurs prestations à des fins de diffusion dans l’émission. Durant 1h30, Claude Richerme-Manchet, professeur des écoles porteur de ce projet, et Philippe Blanchet, professeur de sociolinguistique à l’université Rennes 2, accompagnés de Sophie Gondolle, docteur en littérature à la faculté Victor-Segalen, reviendrons sur cette initiative originale à destination du public scolaire.

  • Des radios à l’œuvre pendant le festival

Radio U, Radio Campus France, Zapnik seront présentes au Festival Longueur d’ondes pour plusieurs directs ou faux-directs : émissions, magazines, performances, etc.

Du vendredi 3 au dimanche 5 février – Puits de Lumière du Quartz (plateau radio)
Voir horaires sur la grille des programmes


Rencontres

  • Fabriquer la Fabrique
    Samedi 4 février – Méridienne du Quartz
    11h00

Comment se prépare une émission telle que La Fabrique de l’Histoire, diffusée du lundi au vendredi sur les ondes de France Culture ? Le temps d’une séance, Emmanuel Laurentin, producteur de l’émission, Anaïs Kien, productrice déléguée et Renaud Dalmar, réalisateur, dévoileront au public de Longueur d’ondes les ficelles de l’émission incontournable de France Culture.

  • Radios en lutte
    Dimanche 5 février – Puits de lumière du Quartz
    11h30

La radio est, de par sa légèreté technique notamment, un média fortement plébiscité par certaines populations dans l’expression d’une parole libre. La radio devient ainsi un espace de lutte et d’alternative contre les discours dominants. Épicentre de la contestation, la radio devient un vecteur d’échange et de réflexion permettant d’alimenter la résistance, de rêver une autre société, de porter plus loin une pensée renouvelée.

Une séance qui donne la parole à des membres de Radio Debout, du collectif nantais Le Bruitagène et de Radio Pikez.

  • Café-croissant avec Aude Dassonville & Fañch Langoët
    Samedi 4 février – Café des artistes du Quartz
    10h00

Aude Dassonville, journaliste à Télérama, Fañch Langoët converseront ensemble sur ce qui les a marqués à la radio. Entre coups de cœur et coups de gueule, cet échange convivial donnera le point de départ des rencontres du samedi 4 février.


Un dimanche au Vauban

  • Café-croissant avec Radio Nova
    Dimanche 5 février
    11h00

Le temps d’une séance avec Bernard Zekri, directeur de l’antenne de Radio Nova, et Thomas Baumgarnter, rédacteur en chef depuis octobre 2016, découvrez ou redecouvrez ce qui fait l’identé de cette station de radio. Comment s’est-elle bâtie, quelles sont les nouveautés ? Tout, vous saurez tout sur Radio Nova !

  • Dimanche dans un fauteuil
    Dimanche 5 février
    14h00

Le 5 février au Vauban, Fañch Langoët nous proposera de passer le Dimanche dans un fauteuil* avec « Kriss, portrait sensible ». Cette séance, pensée et animée avec la participation de Chantal Pelletier, meilleure amie de l’animatrice, nous permettra de retrouver Kriss à travers plusieurs archives (dont certaines inédites), témoignages et textes écrits de sa main. Kriss est vivante, il suffit de tendre l’oreille et d’attraper à la volée ce qui n’en finira jamais de tourner : ses bonnes ondes. Elles et nous sur un petit nuage.

« Les ondes de Kriss tournent toujours. Dans la tête de tous ceux qui les ont prises au coin de l’oreille ou dans une autre galaxie qui s’est jouée de l’éphémère. Dans la mémoire collective, Kriss est au Panthéon radiophonique. Avec sa gouaille, sa tendresse, son empathie totale pour son auditeur de France Inter à qui elle a parlé depuis sa première émission de radio. C’était en 1969 pour l’« Oreille en coin » de Jean Garretto et Pierre Codou.

Kriss virevoltait sur les ondes, mouette rieuse, les yeux et les oreilles toujours grandes ouvertes ce qui s’entendait jusque dans sa voix, reconnaissable dès les premières secondes. Kriss ne faisait pas de la radio, elle était la radio. La voix de la radio. Avec qui on a eu rendez-vous pendant quarante ans. Quarante ans de rendez-vous madeleine. Quarante ans de rites d’écoute pour ne pas dire de religion d’écoute. Avec Kriss on était en fusion amoureuse et c’était toujours comme la première fois. Comme la première fois où parmi tant de voix de radio elle nous avait bouleversé avec un bon mot, un sourire, une ritournelle ou une répartie tellement spontanée qu’on avait immédiatement été sous le charme. » Fañch Langoët

* nom d’une émission mythique sur Paris-Inter, d’abord par Robert Beauvais, remplacé ensuite par José Artur, qui signait ici sa première émission de Radio…

  • Laurent de Wilde
    Dimanche 5 février – Vauban
    17h15

Musicien, écrivain, Laurent de Wilde mène de front une carrière musicale débutée à New York dans les années 80. Là-bas, il découvre le piano jazz, une passion qui ne le lâche plus à son retour à Paris. Après une entrée remarquée dans la musique électronique dans les années 2000, Laurent de Wilde poursuit sa route avec son trio jazz. Artiste protéiforme, il collabore régulièrement avec des artistes comme Jacques Gamblin ou Abd al Malik, et il est également l’auteur de nombreux ouvrages, tels que Les Fous du son (Grasset) consacré aux inventeurs d’instruments de musique électroniques. On lui doit également un album à deux pianos avec l’artiste congolais Ray Lema ainsi que des documentaires pour la télévision.


Les Rencontres du documentaire radiophonique

Le festival Longueur d’ondes s’est toujours intéressé au documentaire radio, un genre très créatif mais à l’économie fragile. Émissions élaborées, les documentaires se sont développés tardivement à la radio et peinent à se faire entendre dans l’espace public. Trouvant un écho favorable notamment à France Culture, les producteurs de documentaires cherchent néanmoins de nouveaux canaux de diffusion, comme sur le web avec ARTE Radio, espace pour de nouvelles écritures sonores.

Initiées lors de la treizième édition du festival, les Rencontres du documentaire radiophonique se poursuivent en 2017. Au programme de ce cru : la mémoire, l’intime, la série, mais aussi le retour de certaines séances proposées en 2016 qui font peau neuve pour l’occasion…

À la salle du CLOUS
Jeudi 2 février

  • Une soirée d’hybridation documentaire-concert avec Archipel et Évasion
    20h30

Les duos Archipel (Canada) et Évasion (France) proposent tous deux une forme hybride, entre musique électroacoustique et documentaire spatialisé.

Plus d’info plus haut dans la rubrique « Expériences sonores ».

À la faculté Victor-Segalen
Vendredi 3 février

  • Masterclass avec Gilles Mardirossian et Mariannick Bellot
    09h30

Une séance proposée par le master d’écriture et de réalisation documentaire « Créadoc » (Angoulême) de l’Université de Poitiers

Gilles Mardirossian proposera une approche concrète par le son et l’image, avec de nombreux exemples à partir d’une session de travail de type Protools, du processus d’élaboration d’une production radiophonique documentaire dite « de création » dont la fabrication, avec Maxime Faure, devait être réalisée en moins de 4 semaine (le résultat est écoutable ici).

  • Faire entendre l’invisible avec Christian Rosset et Thomas Baumgartner
    11h45

Une rencontre « retour d’expérience » proposée par la Scam

Quels sont les liens qui se tissent entre la radio et la vision ? En quoi la suggestion du son peut mettre en exergue notre imaginaire visuel ? Comment donner à entendre le visible et l’invisible, avec la question de la vision intérieure et le relais pris par les sons quand les mots ne peuvent plus restituer le « visuel ».

  • Nous, pacotilleuses, femmes de vagabondages marins, d’Aline Pénitot
    13h30

Une rencontre « Brouillon d’un rêve » proposée par la Scam

Où comment rabouter ensemble des morceaux éparpillés de tant d’histoires. Où comment écouter derrière elles le paysage qui leur est commun.
Les ports, les îles, les routes maritimes grouillent de figures qui traversent les âges : les pirates, les dockers, les armateurs… Ces figures des grandes mers se transforment, incarnent de nouveaux lieux, de nouveaux usages mais leurs fonctions en marge de la société perdurent. Parmi eux, peu de femmes, si ce ne sont les femmes de port et les pacotilleuses. Les pacotilleuses ? Vous en avez croisé dans les aéroports. Elles ont des gros sacs bourrés d’objets de peu de valeur. Elles passent les barrages administratifs au nez des hôtesses de l’air avec 30 kg de trop dans leurs bagages et des douaniers en charroyant des marchandises hasardeuses. Femmes des Caraïbes, elles ont la langue dorée qui claque dans les files d’attente. Elles peuvent aussi prendre de multiples formes beaucoup plus modernes. Une chose est sûre : elles ne sont jamais discrètes. Bougeantes, elles se retrouvent sur les marchés antillais racontant des histoires improbables, sur les bords des rues à Barbes où dans des recoins des aéroports. Elles vont d’île en île pour « colporter le manger comme le préjugé » (Edouard Glissant).

  • Anthropologie et documentaire
    15h15

Dans une approche documentaire, comment aborde-t-on un groupe ou un individu, comment pouvons nous lui expliquer notre démarche ? Et comment s’entretenir avec ces individus ? Enfin, comment transmettre ce qu’on a vu / entendu / compris… ? Michel Naepels, anthropologue politique de la violence et de ses effets différés, directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS, et Inès Léraud, documentariste radio avec Journal Breton pour Les Pieds sur terre sur France Culture, échangeront sur leurs démarches.

Au Quartz
Vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 février

  • Été 42 : rafle dans les Marolles , de Richard Kalisz
    Vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 février – Chambre noire
    à partir de 10h00 les vendredi et samedi et 11h00 le dimanche

Du vendredi 3 au dimanche 5 février, nous vous proposons d’écouter l’intégrale de la création radiophonique de Richard Kalisz, Été 42, rafle dans les Marolles .

  • Le podcast / Ce que la série fait à la radio
    Samedi 4 février – Salle « Autour du doc »
    11h30
    Une rencontre en partenariat avec l’ADDOR

Cette rencontre sera l’occasion de se questionner sur le retour de la forme « feuilletonnante » – ou à épisodes – qui a changé à la fois l’écoute et les pratiques radiophoniques. Plus largement, cette séance amorce une réflexion sur la question du podcast.

Avec Perrine Kervran, productrice de LSD, la série documentaire sur France Culture, Charlotte Pudlowski, rédactrice en chef de Slate.fr et responsable des podcasts, et Adila Bennedjaï Zou, réalisatrice et scénariste, productrice sur France Culture.

  • L’intime
    Samedi 4 février – Salle « Autour du doc »
    14h00

Comment aborder un travail qui se lie étroitement à notre histoire ? Pourquoi travailler sur ces propres expériences quand on démarre en tant qu’auteur ? Qu’est ce qu’un travail « intime » et quelles sont les limites de ce terme ? Deux jeunes auteures ont tourné leur micro vers leur famille. Léa Veinstein réalisatrice de La radio de papa (ARTE Radio) et Inès Léraud, réalisatrice du documentaire Les Mercuriens (France Culture), consacré à un groupe de paroles de personnes qui se pensent intoxiquées au mercure des plombages dentaires, parmi lesquelles se trouve sa propre mère. Un table ronde à laquelle participe également le bédéiste Fabrice Neaud, auteur de JOURNAL.

Une séance animée par Silvain Gire, co-fondateur et responsable éditorial d’ARTE Radio.

  • Mémoire, récit et vérité
    Samedi 4 février – Salle « Autour du doc »
    16h00

Cette séance sera l’occasion de se questionner sur le rapport ambivalent entre récit et vérité, en partant de faits historiques, plus précisément autour de la Shoah, avec des extraits de la pièce sonore de Richard Kalisz, Été 42, rafle dans les Marolles .

Avec Richard Kalisz, réalisateur de radio, directeur de la fondation et du Théâtre Jacques Gueux et cofondateur de l’ASCR, Christophe Deleu, documentariste radio, producteur délégué à France Culture, professeur à l’Université de Strasbourg (Cuej) et auteur radio, et Annette Wierviorka, historienne française spécialiste de la Shoah et directrice de recherche émérite au CNRS.

  • Pitch me baby #2
    Samedi 4 février – Salle « Autour du doc »
    17h30

– Deuxième édition – De plus en plus de jeunes gens se tournent vers le documentaire sonore. Mais comment « vendre » un projet à la radio ? L’équipe d’ARTE Radio et de France Culture révèlent le dessous des cartes. À partir de projets reçus par Internet ou directement proposés par le public, Silvain Gire, co-fondateur et responsable d’ARTE Radio, et Perrine Kervran, responsable de LSD, la série documentaire sur France Culture, aident à mieux appréhender son projet et la façon de le présenter pour obtenir une bourse, trouver une production, etc.

  • Exercice d’admiration
    Dimanche 5 février – Salle « Autour du doc »
    11h00

À propos de La nation Woodstock, une série de Pascal Dupont, diffusée en juin 1978.

Partager avec le public une œuvre que l’on chérit, un exercice dans lequel se lance, cette année, Irène Omélianenko. Car, peut être que « toute vocation commence par l’admiration » (Michel Tournier).

Au cinéma Les Studios

Dimanche 5 février
14h00

  • Avant-première : Le Concours, un documentaire de Claire Simon
    2016 – Andolfi productions
    14h00

La jeunesse est continuellement et mondialement soumise à des sélections qui décident de son avenir, ce processus s’installe de toutes parts. Ce film retrace le processus complet du concours d’entrée de l’école de cinéma la Femis, une sélection où 1250 candidats se présentent et 60 sont retenus. J’ai choisi de ne pas le personnaliser en suivant un candidat ou jury, mais suivre le scénario que notre méritocratie républicaine a inventé. Tous égaux mais seuls les meilleurs … Voir comment chacun interroge et tente de faire ce qu’il croit être le mieux, qu’il soit jury ou candidat. Ici ce sont les histoires qui flottent de toutes parts et qui forment la langue que chacun parle et connaît. L’école promet d’être la fabrique des histoires. C’est aussi en cela qu’elle nous concerne tous. C’est d’ici que sont censées venir les histoires dont on parle dans la rue en sortant du cinéma… Et seront-elles les histoires de tous ?

En présence de Claire Simon.

  • La démarche documentaire de Claire Simon
    Dimanche 5 février
    16h30

Avec Claire Simon et Irène Omélianenko Claire Simon, cinéaste de terrain, nous offre un travail imprégné de sa rencontre avec certains lieux. Elle nous fait traverser des espaces dans lesquels elle s’est enfouie, et qu’elle s’est aussi, parfois, réinventée. Elle interroge le documentaire avec ses nombreux films tels que Le bois dont les rêves sont faits ou Récréations, mais aussi Gare du Nord et Les bureaux de Dieu. Irène Omélianenko animera cette séance-portrait. « Ce qui m’intéresse n’est pas la maîtrise, mais plutôt l’idée d’être au front, là où tout est incertain, où le monde est mouvant. », Claire Simon.


Presse

Téléchargez ici notre dossier de presse.

DP Festival Longueur d’ondes 2017

Radio Campus France, partenaire du festival, propose cette année une webradio dédiée à Longueur d’ondes !
72h non stop entre le 3 et le 5 février.

A l’écoute : les plateaux en direct de Brest, des interviews bonus, des documentaires, des archives et un programme musical spécial ! Programmation complète ICI